Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Nos villages / Loverval
Actions sur le document

Loverval

Les découvertes paléontologiques au trou des Sarrazins attestent une présence humaine dès le mésolithique sur le site de Loverval.

L’étymologie du nom est des plus incertaines. On relève Loverna (844), Lovierval (1096), Lovervaulx (1390), Louvervial (1587), Louvervalle (1770) et, en wallon, Lovervô. L’explication populaire en fait la vallée du loup…

Au Moyen-Âge, les décisions importantes sont prises par la communauté des habitants qui se réunissent au « colisée », un emplacement situé à cent mètres environ de l’église et du château, dans l’actuel parc de l’institut.

Loverval dépend de la principauté de Liège. Face au comté de Namur et non loin de l’axe important Charleroi-Dinant, le castrum de Loverval constitue un excellent poste de garde aux marches de la principauté. Installé sur un rocher, il paraît inexpugnable. Aussi le 9 avril 1363, l’évêque Englebert de la Marck unit la chapelle castrale de Saint-Bavon à celle de Saint-Hubert et érige cette dernière en église paroissiale.

Après le Traité de Paris, Loverval passe sous domination hollandaise et, en 1832, le comte Louis Ghislain de Mérode, fils de Werner et de Louise de Spangen, devient châtelain de Loverval. La famille de Mérode occupe une place considérable dans l’histoire de Loverval ; elle a fourni plusieurs bourgmestres à la commune. En 1939, le parc et le château deviennent la propriété de la Congrégation des Soeurs de la Charité de Jésus et de Marie de Gand.

En 1947, le bourgmestre Maurice Brasseur se voit confier un portefeuille ministériel. Le centre de délassement populaire de Marcinelle est créé à Loverval en 1954. En 1965, le bourgmestre est Raymond Brimant ; il deviendra député et, en 1977, premier bourgmestre du grand Gerpinnes.

 

D’année en année, la marche et les festivités de la Saint-Hubert se sont imposées comme les dates incontournables de la fin de l’été. L’événement a lieu le premier dimanche de septembre.

 

 

A voir :

 

  • l'église paroissial Saint-Hubert
  • l'ancien Château (place Brasseur)
  • l'ancienne ferme de Fromont (allée du Vieux Frêne)
  • la marche Saint-Hubert