Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Nos villages / Les Flaches
Actions sur le document

Les Flaches

 Quelques graphies anciennes : Al Flache (1542), Jehan Bolle del Fliche (1572), Del Flasche (1724). L’explication basée sur une traduction du mot en « les flaques » est aujourd’hui invalidée : flaque en wallon se dit « basse » (basse des pôves, basinprés). Le nom viendrait de l’existence du lieu-dit « la haye des flaissis » (1575, haye désigne un massif forestier), bois complètement défriché à la fin du 16ème siècle, quand s’est élevé le hameau des Flaches. Flasche, de l’ancien français flaische désignerait une partie boisée où les manants ont le droit d’abattage.

 Au 13ème siècle, les Flaches abritent à Bertransart une commanderie de l’ordre des Templiers. À la dissolution de l’ordre, elle est reprise par les Chevaliers de Malte. La ferme de Bertransart doit cependant son aspect actuel à une complète reconstruction, en 1849.

La première école des Flaches est ouverte en 1862. L’église, dédiée à saint Ghislain,  est construite en 1864-1865, grâce à un généreux donateur, Désiré Bolle, qui offre un terrain de 25 ares et une somme de 9000 francs. Les habitants interviennent également, de sorte que l’église et le presbytère sont achevés en 1868. On y admire aujourd’hui un vitrail de la Vierge réalisé par Marcel Delmotte, ainsi qu’une peinture du chemin de croix par Paul Fievet.

 

A voir :

 

  • La ferme de Bertransart
  • l'église saint-Ghislain

 

 

Toponymie :

 

  • Bytheron-sart ( 1240), en wallon ô bitronsô: Bertransart
  • Mistrôbu: chemin des Flaches à Tarcienne. Jusque les années 80, il longeait un magnifique étang et ses nénuphars.
  • Pètchî: aubépine
  • La terre au stoffez (près de mistrobu): du wallon stoffez, fromage