Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Nos villages / Gougnies
Actions sur le document

Gougnies

 

Le site de Gougnies semble avoir été un lieu d’habitation dès l’antiquité, ainsi que l’indique l’existence d’un oppidum gaulois, devenu castrum romain puis enceinte franque, au lieu-dit « château del motte ». Son étymologie renvoie au franc « Go-go », l’hypothèse étant qu’il s’agissait du nom porté par un des premiers occupants du territoire, et au suffixe double « in-iacus », « propriété de ». Le nom du village, attesté dans sa graphie actuelle dès 1294 (« Rounias de Gougnies ») signifierait donc « propriété de Gogo ».

A la fin de l’Ancien Régime, les derniers seigneurs de Gougnies sont les de Sire. Leurs armoiries représentent une tête de sanglier ; elles sont choisies comme armoiries de la localité en 1962.

 

Sidérurgie et industrie extractive

 

Les études archéologiques indiquent qu’au 3ème siècle déjà, on travaillait le fer dans le village. Dès le 14ème siècle, on relève la présence d’un « marteau » et d’une « forge à fondre fer » exploités par Pirclet de Villers et ses « parchonniers ». En 1838, une mine de fer, deux hauts fourneaux au charbon de bois, deux fours à réverbère, trois forges à l’ancienne et quatre marteaux fonctionnent à Gougnies. Son éloignement à l’égard des grandes voies de communication et du bassin houiller aura raison de l’activité sidérurgique, à laquelle se substituera ensuite l’industrie extractive. Celle-ci, à la fin du 19ème, occupe 183 ouvriers dans cinq carrières de marbre.

En 1940, la commune compte encore trois grosses entreprises : les ateliers Jules Marcelle (fabrication de pelles et bêches – 40 emplois), la société Marmor (100 emplois), et la carrière Daumerie (30 emplois). Seules subsistent aujourd’hui les activités agricoles, tandis que s’est affirmée la dimension résidentielle d’un village où règne une incontestable convivialité

 

A voir :

 

  • l'église paroissial Saint*Remy
  • la potale Notre-Dame du Rosaire
  • l'ancienne ferme fortifiée (rue de l'Escuchot)
  • la chapelle de l'Enfant Jésus
  • la ferme de Fraiture
  • l'ermitage Sainte-Rolende

 

 

Toponymie :

 

  • Li bas dèl commune. Le bas de la commune ; appelé aussi « l’tambour ».
  • Li picinte du curè, des meuniers, de Fromiée. Le sentier(picinte) du curé, des meuniers
  • Noyé ô djibet : une terre chemin de Dinant. Jadis, les branches d’un noyer y servaient de Gibet.